Jaunisse sur betterave

Description de la jaunisse de la betterave

Symptômes sur la betterave

Période de présence

Méthode d’observation

Conseils de gestion technique et agronomique

Niveau de pression

  • Description de la jaunisse de la betterave

Maladie foliaire due à des virus transmis par les pucerons verts, pouvant être disséminé par les pucerons noirs.
Ces virus impactent négativement le stockage du sucre dans les racines.
Porte d’entrée pour maladies secondaires (alternariose, Phoma) nécrosant les feuilles.

  • Symptômes sur la betterave

Jaunisse modérée (virus Beet Mild Yellowing Luteovirus et Beet Western) : les feuilles moyennes et plus âgées jaunissent à partir de leur extrémité, les nervures restent en partie vertes. Épaississement des feuilles qui deviennent cassantes.

Jaunisse grave (virus Beet Yellows Virus)
La maladie débute par de petits points clairs et un éclaircissement des nervures. Puis les feuilles virent au jaune-citron, s’épaississent et deviennent cassantes. Les nervures s’enfoncent sur la face inférieure des feuilles. Enfin, coloration rougeâtre due à l’apparition de taches brun-rouge.

Apparition par foyers puis extension à la parcelle.

  • Période de présence

Jaunisse : mars à novembre.

Pucerons : février à décembre.
Phénomène de jaunissement apparaît à partir de la fermeture des lignes et jusqu’à la récolte.

  • Méthode d’observation

Présence de pucerons : du stade 2 feuilles à la couverture du sol
Symptômes jaunisse : du stade 8 feuilles à la récolte.

Observer sur au moins 50 plantes choisies aléatoirement : estimer le nombre de pucerons verts et le nombre de pucerons noirs par plant.

Seuls les pucerons suivants sont à prendre en compte :
Vecteurs importants > les pucerons verts vecteurs de la jaunisse
-le puceron vert du pêcher (Myzus persicae)
-le puceron de l’échalote (Myzus ascalonicus)
Vecteurs faibles > le puceron noir de la fève (Aphis fabae)

  • Conseils de gestion technique et agronomique

Lutte préventive :
Détruire les résidus du précédent
Auxiliaires contre les pucerons : coccinelles, syrphes, chrysopes, entomophthorales

Facteurs favorables :
Hiver doux suivi d’un printemps chaud et sec
Semis tardif
Zones maritimes
Plantes hôtes : épinard, betterave, séneçon, mouron, chénopode, coquelicot, capselle, véronique, renouée, amarante, arroche

  • Niveau de pression

Sensibilité décroissante du stade 2 feuilles (forte) au stade 8 feuilles (faible).

Pucerons verts (nombre d’individus/10 plantes)
Faible : <1 puceron
Moyen : 1 puceron
Fort : dès 2 pucerons

Pucerons noirs (% de plantes avec colonies)
Faible : < 10%
Moyen : 10 à 30%
Fort : > 30%

Les niveaux de pression sont donnés à titre indicatif et ne sauraient refléter une précision exacte de gravité d’infestation à un instant T ou de dommage ultérieur. D’autres facteurs propres à la culture et à la dynamique d’évolution des symptômes ou infestations interviennent.