skip to Main Content
Comment Optimiser L’efficacité Des Produits Phytosanitaires ?

Comment optimiser l’efficacité des produits phytosanitaires ?

Comment optimiser l’efficacité des produits phytosanitaires pour ajuster les doses grâce à la qualité de l’eau de pulvérisation ?

 

Pour l’agriculture de demain, un virage est à prendre maintenant

Le plan ECO PHYTO II fixe de nouveaux objectifs quant à la réduction et l’utilisation des produits phytosanitaires en France, sur les zones agricoles et non-agricoles.

Le premier cap à franchir : -25% de réduction des usages Phytosanitaires d’ici 2021.

Car il nécessaire d’atteindre -50% de réduction des usages Phytosanitaires d’ici 2025. Les agriculteurs voient leur champ d’actions de plus en plus réduit en produits phytosanitaires. Le retrait de certaines matières actives du marché les laisse même parfois sans solution devant certaines problématiques subies sur leurs cultures. En parallèles, les achats, incluant les RPD (Redevances pour Pollution Diffuse) des produits phytosanitaires constituent un budget conséquent pour une entreprise agricole.

Avec une réglementation de plus en plus stricte et des solutions de plus en plus serrées, le besoin de sécuriser les récoltes et leur rendement est en enjeu fort. Adapter ses traitements phytosanitaires en réduisant ses intrants tout en gardant une efficacité optimum est une des solutions qui peut être mise en place.

En complément de l’innovation agro-chimique, pour relever le défi d’une performance écologique et économique, de nouveaux leviers sont activables dès aujourd’hui :

  • Accroitre l’efficience des produits appliqués : modulation des doses dans le temps et dans l’espace grâce à des outils d’aide à la décision et agroéquipement de nouvelle génération ;
  • Développer les alternatives aux pratiques conventionnelles (bio contrôle, variétés résistantes) ;
  • Recourir à des combinaisons de techniques ayant des effets de synergie vis-à-vis de l’économie des intrants ;
  • Agir sur la qualité de l’eau de pulvérisation.

 

Le traitement de l’eau : un nouveau levier pour optimiser l’efficacité des produits phytosanitaires

Chaque exploitation agricole utilise une eau différente pour la préparation de ses traitements phytosanitaires. Selon sa nature, elle peut être un facteur limitant très important dans l’efficacité des produits car les matières actives vont subir des dégradations dues à des réactions chimiques avec les éléments contenus dans l’eau (calcium / magnésium / fer) qui bloquent l’action des matière actives.

Les produits phytosanitaires peuvent avoir une durée de vie très amoindrie si l’eau a un pH trop différent de celui du produit phytosanitaire utilisé, par exemple, la plupart des produits anti-mildiou en vigne sont sur des bases de pH entre 3 et 5 quand l’eau du réseau dans certains secteur peut être à 8 voire 9.

Dans certains cas de 60 à 80 % de l’efficacité d’un produit est perdue à cause de l’eau utilisée pour faire le mélange.

Les 4 actions à mener pour paramétrer l’eau en fonction de l’application phytosanitaire

  • Optimiser les produits phytosanitaires : Astuce n°1 filtrer et déminéraliser

La dureté de l’eau a un effet nuisible sur la bonne tenue des matières actives, elle déstabilise les formulations. Les sels minéraux et cations métalliques comme le Fer, le Magnésium, le Calcium provoquent des réactions chimiques neutralisant partiellement, voir totalement l’action des matières actives. Ils engendrent également la formation de dépôts.

=> Filtrer et déminéraliser permet le maintien de l’efficacité maximale des matières actives lors du mélange.

  • Optimiser les produits phytosanitaires : Astuce n°2 adapter le pH

Pour placer les molécules dans leur milieu de stabilité, il est utile d’adapter le pH. D’ailleurs, chaque fabricant précise le pH optimum pour son produit. L’eau destinée au mélange (eau de bouillie) doit être donc mise au pH du produit et en adéquation avec le pH de la plante.

=> Adapter le pH permet l’optimisation des traitements grâce à une eau paramétrée selon le profil du produit qui préserve sa durée de vie et son efficacité.

  • Optimiser les produits phytosanitaires : Astuce n°3 augmenter la conductivité

Pour accroître la rapidité de pénétration du produit dans la plante et éviter les phénomènes d’évaporation, il faut agir sur la conductivité. En favorisant, les échanges produit / plante et en augmentant l’activité d’apport au niveau des tissus végétaux on obtient de meilleurs résultats.

=> Augmenter la conductivité permet l’augmentation de la rapidité d’absorption lors de la pulvérisation.

  • Optimiser les produits phytosanitaires : Astuce n°4 paramétrer la température

Une température supérieure à 18°C apporte une uniformisation la bouillie et favorise les phénomènes de conductivité et de pénétration.

=> Adapter la température apporte une meilleure dilution donc optimisation de la pulvérisation.

 

Optimiser les produits phytosanitaires permet d’améliorer la qualité de l’eau de traitement.

L’eau n’étant plus un facteur limitant, elle devient performante pour booster l’action du produit et ainsi :

  • Sécuriser les traitements en garantissant l’efficacité optimum des produits phytosanitaires.
  • Ajuster et adapter les doses sans perte d’efficacité.
  • Diminuer les intrants.
  • Gagner en qualité de récolte.

Pour cela,  une solution présente sur le marché l’EQO Modul. C’est une unité compacte et innovante qui filtre et paramètre l’eau en fonction des produits phytosanitaires utilisés. Cette eau permettra donc de préserver les matières actives dans leur milieu de stabilité et d’optimiser leur efficacité.

 

Source :  Société Eqo.

Back To Top