fbpx skip to Main Content
Agriculture : Les Quatre Axes Principaux Du Travail Du Sol

Agriculture : les quatre axes principaux du travail du sol

Le travail du sol est une étape cruciale dans le cycle agricole puisqu’elle permet de créer un milieu favorable à l’épanouissement des plantes. Ce travail peut intervenir avant la mise en place des cultures ou pendant son développement et a un impact très important sur la qualité de la production future. Elle mérite donc une très grande attention de la part de l’agriculteur soucieux de son rendement, comme l’a récemment expliqué le groupe de formation en bonnes pratiques agricoles Planète Safe.

Le travail du sol permet d’éliminer naturellement les mauvaises herbes afin qu’elles ne concurrencent pas les plantes dans leur besoin en ressources en eau et minéraux. Il permet également de mieux aérer et structurer les sols. Il s’agit ainsi d’une étape très importante pour assurer une bonne préparation et un bon entretien de ces sols. A la clé : la protection de la biodiversité, mais aussi et surtout une production en quantité et en qualité.En agriculture, le travail du sol s’effectue par une série de façons culturales impliquant l’utilisation d’outils spécifiques. Ces pratiques peuvent être exécutées avant la mise en place d’une culture comme pendant son développement. Peu importe le moment donc. Toutefois, il est indispensable, comme l’a rappelé Planète Safe sur son blog, de s’appuyer sur quatre axes principaux : la connaissance des parcelles, la maîtrise technique, la connaissance des outils et l’établissement de la culture.

Un diagnostic pour connaître sa parcelle

Le premier élément à prendre en compte c’est la connaissance des parcelles. Tout agriculteur qui se respecte doit connaître les qualités pédologiques de son exploitation. Pour cela, il lui faut mener un diagnostic potentiel du sol, qui consistera à estimer sa teneur en matière organique, son niveau de stress hydrique et sa biomasse. À partir de ces variables, l’exploitant saura ajuster les doses d’intrants et évaluer les besoins en azote de sa culture. Il pourra ainsi optimiser les rendements.

Diverses techniques à maîtriser

L’agriculteur s’attèlera ensuite à maîtriser les pratiques culturales. Elles sont diverses. Evoquons en premier le pseudo-labour, qui consiste à travailler le sol sans le retourner. Cette alternative au labour commande la répartition de débris végétaux sur toute la surface. Une deuxième opération, le décompactage, implique de briser la couche superficielle du sol et atteindre une profondeur moyenne de 7 à 10 cm. Cette technique est connue pour donner un résultat d’une excellente qualité. Notons en outre le semis direct, un travail sans labour, et la façon superficielle, une autre forme de pseudo-labour, mais à une profondeur moindre (entre 5 et 10 cm).

Connaissance des outils et établissement de la culture

Une fois ces deux notions cernées, l’exploitant agricole devra utiliser les outils adaptés à chaque technique. Il est connu que les instruments aratoires comme la charrue, le motoculteur et la herse conviennent au pseudo labour. Quand le décompactage se prête plus à la grelinette ou fourche-bêche. Pour ce qui concerne le semis direct, il est recommandé d’employer un semoir, et pour la façon superficielle, des outils à disques ou à dents tels que les herses. Enfin, l’agriculteur prêtera une attention accrue à l’établissement de la culture. Il veillera notamment à aménager la parcelle et à préparer le sol avec des engrais ou composts avant de choisir la meilleure variété de culture selon la saison.

Planète Safe pour réussir son travail du sol

Comme le travail du sol est très technique, l’agriculteur gagne à se faire accompagner par des experts de la production végétale et de la formation en bonnes pratiques agricoles comme Planète Safe. Cette entreprise bordelaise réunit une équipe de spécialistes possédant de robustes connaissances et compétences de terrain. Ils offrent des formations immédiatement transférables au sein des exploitations.

Back To Top