fbpx skip to Main Content

Agriculture numérique : la transition fulgurante ?

Pierre Giorgini, Ingénieur en numérique, recteur de l’université catholique de Lille a publié aux éditions Bayard en 2014 « La transition fulgurante : Vers un bouleversement systémique du monde »

Dans cet ouvrage, le « praticien réflexif », comme il aime à se définir, analyse les principaux traits de la révolution technoscientifique qui est déjà là, fulgurante avec son cortège d’outils techniques faisant de l’homme un être hyperconnecté et induisant un véritable changement de paradigme dans sa manière de penser, d’agir, bref de la liberté et de l’altérité.

Voici, avec l’aimable autorisation de l’auteur, un extrait de ce livre : le « conte des guerriers », une métaphore éclairante de la situation que nous sommes en train de vivre.

« Il était une fois un royaume composé d’une immense forêt couvrant une colline entourée de verts pâturages. De nombreux petits villages étaient implantés au pied de la colline, tout autour, en bordure de grandes étendues vertes où les villageois pratiquaient élevage et culture. Le conseil des grands sages était installé au sommet en plein cœur de cette forêt dense.

La vie y était paisible lais de temps à autre, des guerriers ennemis envahissaient la forêt pour tenter de conquérir le royaume. La bataille décisive se déroulait depuis des siècles, toujours au même endroit : une vaste clairière située à proximité du sommet de la colline. Le conseil et leurs ancêtres avaient toujours gagné la guerre, car ils étaient remarquablement préparés et organisés. En effet, le conseil des grands sages avait fait construire de larges chemins, des ponts, des passerelles au-dessus des marais qui permettaient aux guerriers des villages (on les appelait les guerriers d’en bas) de converger très vite vers la clairière en cas d’invasion. Tout était prévu, balisé.

Les guerriers d’en haut étaient auprès du conseil, s’assuraient que les chemins étaient praticables, prévoyaient les points de ravitaillement pour les chevaux, les réparations des ponts et des passerelles. Ils s’assuraient qu’au jour d’une éventuelle bataille, la discipline soit bien de rigueur. Les consignes générales nécessaires à la coordination des mouvements des guerriers d’en bas devaient être connues et appliquées. Les guerriers d’en haut s’occupaient également des blessés, prenaient en charge les invalides et l’éducation des enfants. Ils fabriquaient les armes et assuraient la bonne santé des chevaux.

Le conseil des grands sages était composé de spécialistes de l’organisation. Ils possédaient la carte sacrée qui avait été créée par leurs ancêtres, gardée et protégée par les guerriers d’en haut. Cette carte leur donnait le privilège de se repérer dans la forêt. Leur grand pouvoir venait de cette « carte sacrée » qui leur permettait de tracer les bons chemins et de bien coordonner les opérations.

Les guerriers d’en haut avaient l’immense privilège de pouvoir de temps en temps consulter la carte sacrée. Devenir guerrier d’en haut était difficile. Il fallait suivre une longue formation dans une école spécialisée. Ils s’occupaient également de former et de contrôler les guerriers d’en bas. Ils avaient un grand pouvoir car chacun d’eux était un expert dans l’art de construire, tracer, réparer, ravitailler, organiser, contrôler…

Il était attendu des guerriers d’en bas qu’ils suivent bien les consignes, informent les guerriers d’en haut quand un chemin était dégradé ou difficilement praticable du fait du changement de lit d’un ruisseau par exemple, ou de la présence d’un couloir de passage d’animaux sauvages particulièrement dangereux et qui étaient nombreux dans cette forêt. Les guerriers d’en bas étaient souvent consultés par ceux d’en haut dans les conseils locaux (sorte de groupe de travail) afin d’améliorer les infrastructures.

Tout allait bien et chacun remerciait chaque jour les ancêtres de leur avoir donné un conseil des grands sages qui savait si bien lire la carte sacrée et organiser leur défense. Les guerriers d’en haut ainsi que les grands sages étaient nourris, logés, habillés et distraits par les guerriers d’en bas au moyen de la levée d’un taxe en nature sur toutes les productions d’en bas. Les guerriers d’en bas payaient cette taxe avec bonheur, car ils savaient et reconnaissaient le rôle crucial des guerriers d’en haut et des sages dans la gestion du royaume et de la guerre, dans l’aide aux blessés et invalides, dans la formation des jeunes.

Pourtant un jour, les choses commencèrent à se dégrader. En effet, de nouveaux guerriers envahissaient de plus en plus souvent le territoire, et les batailles de plus en plus nombreuses étaient de plus en plus difficiles, car elles se passaient de plus en plus dans des lieux imprévisibles. Les guerriers d’en bas étaient obligés, pour faire face, de se déplacer rapidement, le plus souvent en dehors des chemins préparés par les guerriers d’en haut.

Le conseil et les guerriers d’en haut, conscient de ce problème, décidèrent de construire encore plus de chemin, de ponts et de passerelles. Mais il devenait de plus en plus compliqué de les baliser et de les entretenir, sans compter que les guerriers d’en bas ne savaient plus s’y repérer. Pour continuer à nourrir tous ces guerriers d’en haut et financer routes et ponts, de plus en plus d’impôts et de taxes devaient être prélevés auprès des guerriers d’en bas qui étaient déjà affamés par les pillages dus aux guerres perdues.

Il fallut également beaucoup de guerriers d’en haut pour construire et maintenir en état les routes et les ponts, prévoir les lieux de ravitaillement, s’occuper des blessés et des invalides de plus en plus nombreux, former des jeunes à une guerre de plus en plus complexe. Bientôt il y eut plus de guerriers d’en haut que de guerrier d’en bas. Par ailleurs, les guerriers d’en haut, conscients des problèmes, multipliaient les groupes de travaux avec les guerriers d’en bas pour mieux adapter les chemins, les ponts et les passerelles, etc.

Tout ceci faisait courir beaucoup de risques, car la disponibilité des guerriers d’en bas était de plus en plus faible. Les ennemis moins organisé, moins structurés, moins équipés mais beaucoup plus mobiles et plus nombreux au combat finissaient par l’emporter.

Les guerriers d’en bas perdaient confiance dans le conseil des grands sages, car ils repéraient qu’ils survivaient le plus souvent en coupant à travers bois, en demandant leur chemin à d’autres guerriers d’en bas en train de courir eux aussi, plutôt qu’en cherchant à se repérer dans le paquet de « spaghettis » des chemins des guerriers d’en haut. Ils refusaient de nouvelles taxes, conscients de la gravité de la situation d’en bas.

Alors arriva un jeune à haut potentiel qui revenait de la Grande Ville et avait découvert le téléphone portable et Internet. Sentant que les batailles étaient de plus en plus difficiles à gagner et surtout qu’elles étaient le plus souvent gagnées en dehors des chemins balisés du conseil, il proposa de changer complètement de stratégie. Il numérisa la carte sacrée et l’envoya par mai aux guerriers d’en bas avec une boussole et un téléphone portable avec Internet. Il leur donna des numéros de conférence téléphonique, l’accès à un fichier partagé où la carte sacrée était actualisée en temps réel. Il leur offrit également la possibilité d’alimenter un wiki sur la forêt ainsi que différents forums thématiques sur les chemins naturels, les animaux, etc.

Il ordonna la réduction et la simplification du nombre de chemins à quelques chemins bien droits traversant de part en part le territoire dans plusieurs directions et parfaitement fléchés.

Il demanda à chacun de partager en permanence avec les autres l’information sur ce qui se passait autour de lui. En cas d’alerte, les guerriers d’en bas devaient converger vers le lieu de l’attaque par le moyen le plus rapide, en tenant en permanence informés les autres de ce qu’ils rencontraient (animaux, ponts naturels, etc.), comment ils avançaient, leur position et ils s’appuyaient sur cette information issue de tous pour optimiser leur propre chemin, prendre leur propre décision, mettre en œuvre les stratégies les plus efficaces, en un mot « apprendre aux autres et apprendre des autres ».

Il leur demanda également d’augmenter leur solidarité au niveau des villages, de soigner eux-mêmes leurs blessés, de prendre en charge leurs invalides grâce à une connexion avec les médecins spécialistes d’en haut moins nombreux. Il leur demanda aussi d’assurer la formation de leurs jeunes grâce à une connexion avec les professeurs d’en haut.

Le conseil des grands sages prétendit alors avoir reçu des dieux trois commandements sur une table gravée qui allait peu à peu prendre la place de la carte sacrée.

Premier commandement : « Quand je sais, je partage, quand je ne sais pas, je demande. »

Deuxième commandement : « Les guerriers d’en haut doivent apprendre à agir royaume, pensant village, les guerriers d’en bas doivent apprendre à agir village en pensant royaume. »

Troisième commandement : « La fin ne justifie pas tous les moyens, nous avons un code Internet de bonne conduite qui fait l’identité de royaume : solidarité et altruisme doivent envahir la vie des villages. »

Le conseil, au travers de ses guerriers d’en haut beaucoup moins nombreux, et qui participaient aux conférences téléphoniques, wiki et forums, écoutait et observait en permanence ses guerriers d’en bas, actualisant la grande carte en plus des notes que chacun prenait directement dessus, et donnait au conseil des informations importantes sur ce qu’il convenait de faire. Il influençait les réseaux, compte tenu de ce qu’il présentait au travers de ce qui se passait globalement sur le terrain.

Il lui arrivait même d’arbitrer et d’ordonner lorsque, par exemple, sa vision globale lui permettait d’anticiper plusieurs lieux de batailles ou un piège tendu. Il fixait les limites et, au nom des valeurs du royaume, définissait les règles internes de la guerre, les codes de bonne conduite. A la fin des phases critiques, il aidait à l’évaluation globale de ce qui s’était passé félicitait les initiatives qui avaient donné des résultats, attirait l’attention et aidait les guerriers d’en bas à tirer les conséquences des initiatives qui s’étaient révélées mauvaises. Le droit à l’erreur était partout respecté sauf quand cela touchait au code de bonne conduite.

Les guerriers d’en haut se mettaient au service de ceux d’en bas pour leur apporter juste à temps le soutien adapté à leur situation particulière. Leur crédibilité n’était plus seulement dans leur expertise sur les ponts, les passerelles, le ravitaillement, mais dans la rapidité avec laquelle ils trouvaient les astuces pour permettre aux guerriers d’en bas d’aller plus vite là où ils voulaient aller.

Ce fut un grand chambardement et il y eut de grandes difficultés pour les guerriers d’en bas comme pour ceux d’en haut d’intégrer cette nouvelle façon de faire. En effet, les guerriers d’en bas avaient pris l’habitude de surtout ne rien dire lorsqu’ils marchaient en dehors des chemins, car c’était une grande capacité personnelle bâtie sur leur longue expérience qui suscitait le respect et la reconnaissance dans le village d’en bas. Et puis, ils craignaient que les petits passages discrets, les trucs et astuces qu’eux seuls connaissaient dans la forêt deviennent un grand chemin du fait du pouvoir des guerriers d’en haut et qu’on les oblige dorénavant à passer tous par là ou à l’inverse qu’on leur interdit de le faire. Enfin, les guerriers d’en bas trouvaient plus confortable en cas d’échec de la bataille de dire que c’était à cause des guerriers d’en haut, de chemins mauvais et de ponts mal adaptés qu’ils avaient échoués.

Les guerriers d’en haut étaient eux aussi mécontents, car ils avaient mis du temps pour devenir guerriers d’en haut, et le conseil des grands sages leur demandait de se mettre au service des guerriers d’en bas qui n’arrêtaient pas de bouger, de passer n’importe où, de couper à travers bois, ce qui rendait souvent obsolète leur expertise de bâtisseurs d’ouvrage en dur. Et puis les guerriers d’en bas venaient d’obtenir ce qui jusque-là étaient un privilège des guerriers d’en haut, l’accès à la carte sacrée. De plus les guerriers d’en haut voyaient leurs privilèges acquis de longue date disparaitre progressivement.

Mais tout ceci s’arrangea, car tous ne voulaient qu’une chose : le bien commun et le salut du pays. »

Quelles sont pour vous les applications et les implications de cette situation dans le monde agricole : A vous la parole dans les commentaires ci-dessous.

Back To Top