fbpx skip to Main Content
Agriculteurs : Tous Formateurs ?

Agriculteurs : tous formateurs ?

Les situations pour transmettre son expérience et son savoir-faire d’agriculteur ne manquent pas. Au cours de sa carrière professionnelle les occasions de partager sont nombreuses. Mais entre bien maitriser la conduite d’un tracteur, l’itinéraire technique d’une culture, la gestion de l’exploitation, le réglage d’un semoir et savoir le transmettre il y a un pas qu’il n’est pas forcement aisé de franchir.

Qui peut avoir intérêt à ce qu’un agriculteur expérimenté forme une autre personne ? Citons dans le désordre : stagiaire, apprenti, saisonnier, nouveau salarié, nouvel associé, fils, filles, époux, épouse, voisin, collègue… et l’agriculteur-formateur lui-même car cela oblige à encore mieux maîtriser son sujet !

Les informations suivantes sont toutes tirées du livre « Tous formateurs ! » sous-titré « Méthode et techniques pédagogiques pour partager son savoir-faire » écrit par Christine Paolini et paru aux éditions Geresco. Extraits choisis.

tous-formateurs

La passion que l’on a et la structuration de son intervention permettent de faciliter la mémorisation de son interlocuteur. Pour le second point des cartes mentales ou cartes heuristiques peuvent être utilisées. Enfin « la répétition est l’art de la pédagogie », « la répétition est l’art de la pédagogie », « la répétition est l’art de la pédagogie ». Par contre si pour une raison ou une autre la personne n’arrive pas à se concentrer, n’est pas dans une pleine disposition d’apprentissage, il est préférable d’attendre un moment plus propice.

Comprendre le fonctionnement du cerveau et donc les façons d’apprendre est un élément de base pour adapter sa méthode de formation. Un outil comme les préférences cérébrales de Ned Hermann est une bonne base de compréhension.

4 clés des portes du savoir

  • Le sens, à quoi va me servir ce que je suis en train d’apprendre.
  • Le respect, c’est évident que si l’on insulte, blesse, méprise ou ridiculise l’apprenant sa capacité s’amoindrira.
  • Le cadrage, il permet de rassurer son interlocuteur, de l’aider à s’épanouir tout en étant sécurisé.
  • La bienveillance, c’est-à-dire considérer l’autre sans le juger. Cette notion est particulièrement difficile à mettre en pratique mais cela fait une grande différence que d’avoir ou non un regard positif et optimiste sur la personne que l’on forme.

8 lois de la pédagogie

  • Nos interlocuteurs en savent plus que nous le croyons.
  • Une personne apprend plus de ses collègues que de son professeur, tuteur ou formateur.
  • Un interlocuteur est dans les meilleures conditions d’apprentissage quand il est Acteur de sa formation, Valorisé lorsqu’il réussit, Impliqué dans le processus de formation, Sécurisé et Ecouté.
  • Plus nous utilisons nos sens et plus nous mémorisons donc utiliser le vue et l’audition et le toucher et l’odorat et le goût.
  • Tenir compte de la loi de Mehrebian qui a démontré que la communication passe par les mots pour 7 %, le paraverbal – intonations, articulation, son, débit – pour 38 % et par le non verbal – les expressions du visage, les gestes – pour 55 %.
  • Pratiquer l’effet Pygmalion : c’est la prophétie auto-réalisatrice. Croyez fermement que vos interlocuteurs sont tout à fait capables d’assimiler ce que vous leur transmettez.
  • Vérifier les acquis de votre participant au fur et à mesure.
  • Faire des pauses

4 outils du formateur

  • La reformulation consiste à reprendre de différentes façons les phrases de vos interlocuteurs.
  • 6 types de réponses facilitent l’apprentissage face à six types de personnalités différentes. Elles ont été identifiées par Porter. Il s’agit des attitudes de : décision, jugement, soutien, questionnement, interprétation et de l’écoute active.
  • Le méta-modèle ou ensemble de question que l’on pose à son interlocuteur et qui ont pour but de clarifier la situation. C’est un outil tiré de la PNL (Programmation Neuro-Linguistique).
  • Des 5 phases de deuils présentées par Elisabeth Kübler-Ross, à savoir : la stupéfaction, le déni, la colère, la dépression, l’acceptation.

L’analyse des besoins, les méthodes et techniques pédagogiques ainsi que les spécificités générationnelles et la gestion des comportements difficiles sont également abordées dans ce livre qui met en avant de nombreux exemples et donne des indications pratiques immédiatement mobilisables donc utilisables.

En conclusion, former est bien un bel et bien métier à part entière mais nous sommes potentiellement « Tous formateurs ! » comme l’affirme l’auteur Christine Paolini dans la 3ième édition de son livre où elle nous donne de belles clés pour appréhender au mieux cette posture de formateur et ainsi transmettre plus facilement et efficacement son savoir-faire.

Et vous, avez-vous déjà été en situation de former ? Vous pouvez partager votre expérience dans les commentaires ci-dessous.

Pour développer vos compétences: Accédez ici à la plateforme Agrifind

Back To Top