fbpx skip to Main Content
L’intérêt Et L’entretien Des Haies En Agriculture

L’intérêt et l’entretien des haies en agriculture

Découvrez ici les dossiers thématiques d’Agrifind

 

Les intérêts d’ordre général de maintenir les haies présentes

La présence de haies sur une exploitation agricole revêt de multiples bénéfices.

Les haies structurent les paysages en participant au maillage du territoire. Elles permettent une belle intégration paysagère des bâtiments agricoles.

Les haies réduisent de de 30 à 50 % de la vitesse du vent, augmentent la température de 1 à 2°C. et baisse de 20 à 30 % de l’évaporation.

La lutte contre l’érosion des sols est un autre avantage en freinant le ruissellement et en augmentant l’infiltration de l’eau dans le sol, les haies jouent un rôle majeur dans la gestion de l’eau.

La production de bois de chauffage et du bois d’œuvre est également un aspect à ne pas négliger et peut à lui seul « justifier » la présence de centaines de mètres linéaires sur une exploitation.

Les intérêts d’ordre agronomique des haies

Les haies sont des abris pour de nombreux auxiliaires des cultures qui sont nécessaires au contrôle des populations de nuisibles et ce type d’aménagement paysager permet d’offrir des habitats et des ressources alimentaires aux auxiliaires; ils constituent donc des abris et des lieux de reproduction.

Les haies accueillent des plantes hôtes des proies alternatives, corridors écologiques (facilitateurs de dispersion et de migration).

A l’idéal, elles sont situées à 200 m du centre de la parcelle en rangée unique, quinconce ou bosquet avec une bande enherbée de 50 cm à 2m à leur pied.

Les essences végétales présentes dans les haies

Environ 10 essences différentes bien choisies assurent une période de floraison la plus longue possible.

Citons par exemple :

  • Essences de printemps : Alisier, amandier, amélanchier, aulne, buis, chêne, cotonéaster, frêne, nerprun, orme, pommier, saule (blanc, marsault), viorne cotonneux
  • Essences d’été : Aubépine, bourdaine, châtaigner, chèvrefeuille des bois, églantier, genêt, houx, sureau, tilleul des bois, troène, vigne
  • Essences d’automne : Lierre
  • Essences d’hiver : Noisetier, cornouiller (blanc, mâle)

Sont à éviter :

  • Pins et cèdre (hôtes de l’agrostis)
  • Merisier, pruniers, viorne obier, fusain et seringat (pucerons)
  • Epine-vinette (rouille du blé).

Les auxiliaires de cultures présents dans les haies

Les carabes (un millier d’espèce en France, 80% des adultes et 90% des larves sont des prédateurs d’insectes). Leurs larves managent des invertébrés à corps mou et les adultes se nourrissent de limaces (jusqu’à 6/j), taupins, jeunes chenilles, pucerons (jusqu’à 125/j), charançons, hannetons, altises, mouches…

Les névroptères (Chrysopes, hémérobes, conioptérygides) adultes sont consommateurs de pollen et de nectar et également des prédateurs : pucerons, acariens, œufs, cochenilles, jeunes chenilles

Les hyménoptères (Aphelinidae, Encrytidae et Trichogramma) parasitent pucerons, cochenilles, aleurodes, lépidoptères (noctuelles, tordeuses…), coléoptères (taupins, charançons, altises..), diptères (mouches, cécidomyies…)

Les oiseaux se nourrissent de gastéropodes, araignées, tipules, bibions, hannetons, noctuelles et taupins et quant aux rapaces, ils peuvent chasser campagnols et rongeurs.

L’entretien et la valorisation des haies :

Leur valorisation, leur entretien et leur maintien dépendent de plantations régulières d’arbustes.

L’élagage se fait de préférence hors périodes de nidification des oiseaux et hivernages des insectes ; c’est-à-dire en septembre et octobre. Jusqu’à fin mars, on peut considérer que c’est encore bon.

Les haies représentent une réelle source de combustible. Des études réalisées à grande échelle montrent qu’une haie bien fournie permet d’obtenir entre 30 et 150 tonnes de bois vert par kilomètre.

La haie produit du bois énergie sous deux formes : le bois bûche et le bois déchiqueté appelé aussi « plaquette ».

L’utilisation des haies bocagères pour la production de bois énergie, et notamment pour la production de plaquette, est une opportunité économique intéressante et nécessite l’utilisation de matériel forestier adapté. Peut-être pas jusqu’à la scierie mobile d’occasion mais du matériel professionnel tel que :

  • Tronçonneuse
  • Broyeur avec rotor à fléaux ou épareuse
  • Lamier à disque
  • Lamier à couteau
  • Barre-sécateur

Quelques écueils à éviter :

  • Ne pas tailler la haie sur le dessus : la taille sommitale affaiblit progressivement la haie et favorise le maintien des espèces les plus vigoureuses et la disparition des espèces les plus fragiles.
  • Ne pas appuyer l’outil sur la haie, ni faire de “vagues” et ne pas tailler en biais le haut des haies.
  • Ne pas réduire la haie à moins de 1,5 m d’épaisseur.
  • La coupe ne doit pas éclater de grosses branches.

L’entretien des haies en bordure de route ou de champs permet d’éviter qu’elles se dégradent. Elles conservent, ainsi, leurs bénéfices multiples intactes.

 

Sources :

https://www.promhaies.net/wp-content/uploads/2012/07/guide_entretien_Promhaies_2013.pdf

https://normandie.chambres-agriculture.fr/territoire/preserver-la-biodiversite/haies/roles-des-haies/

https://normandie.chambres-agriculture.fr/territoire/preserver-la-biodiversite/haies/entretenir-et-gerer-durablement-une-haie/

 

Back To Top