skip to Main Content
Espace Pro

LES DEFIS DE L’AGRICULTURE CONNECTEE DANS UNE SOCIETE NUMERIQUE

16 propositions pour repenser la production, la distribution et la consommation alimentaires à l’ère du numérique proposées par renaissance numérique, le think tank de la société numérique.

Voici ce que je retiens, à la lecture de ce document, comme éléments marquants, qui, à mon avis, concernent et impactent, directement l’agriculteur européen.

Vous pouvez télécharger le dossier complet en cliquant sur le lien suivant: les-defis-de-lagriculture-connectee-dans-une-societe-numerique

 

Focus : la 3e révolution agricole

o La transformation digitale actuelle donne d’avantage de moyen de pression et d’expression aux consommateurs.

o Nous vivons une troisième révolution agricole portée par le numérique. Les éléments contextuels sont réunis : croissance de la population, besoin de produire plus, diminution du nombre d’agriculteur, artificialisation des terres, amélioration du niveau de vie des ménages…

o Les défis à relever par le monde agricole sont : l’accroissement de la population mondiale, la sécurité et la qualité des aliments, le respect des ressources naturelles, la performance économique des exploitations…

o Le numérique permet à l’agriculteur de parler directement aux consommateurs sans passer par l’intermédiaire d’une coopérative ou de la grande distribution. Cette interaction peut avoir un but commercial de vente de produit ou de dévoiler un quotidien et offrir ainsi une plus grande transparence.

o La transition digitale est permise grâce à deux points essentiels :

o La collecte et l’exploitation des données fournies, entre autre, par les capteurs utilisés par les agriculteurs. Elle doit permettre une meilleure prise de décision.

o Les échanges entre agriculteurs vont faire émerger des modes collaboratifs de gouvernance.

o L’agriculture de précision s’attache à la rationalisation des pratiques agricoles permises par les nouveaux outils. La transition numérique l’englobe et la dépasse en incluant l’ensemble des enjeux liées à l’agriculture.

o Les outils numériques concernent tous les domaines du métier d’agriculteur : détecter, produire, informer, décider.

 

Focus : surveiller, produire plus et plus propre

o Les drones servent à la vidéosurveillance via des caméras ou lunettes connectées, ils permettent de détecter des anomalies, de déclencher des opérations mais également de transporter et larguer des intrants ou des insectes.

o Les capteurs enterrés dans le sol, embarqués dans les machines ou placés sur des animaux ou des plantes permettent de prendre des mesures et d’établir des diagnostics personnalisés via un logiciel adapté.

o Les robots présentent des atouts pour limiter la pénibilité du travail et certains désherbent mécaniquement évitant ainsi l’utilisation de pesticides.

o L’impression 3D utilisé dans les FabLab agricole ou par l’agro-industrie permet la construction de pièce spécifique difficilement réalisable jusqu’à présent : c’est un atout pour démocratiser les techniques de construction du matériel agricole.

o Les systèmes d’irrigation connectés se gèrent à distance, ils permettent d’éviter le gaspillage et surtout d’apporter réellement la bonne quantité d’eau au végétal.

o Il existe plus de 60 types de capteurs sur le marché à destination des éleveurs pour équiper leurs animaux et suivre leurs états (chaleurs, vêlage, trouble de la santé, alimentation…) et plus de 100 applications pour mobile en lien avec la gestion de troupeau sont disponibles à l’heure actuelle.

 

Focus : les bénéfices pour les agriculteurs de l’exploitation des données

o L’exploitation des données encourage la baisse du prix des équipements.

o Les 3 leviers pour baisser les prix des équipements en exploitant des données fournies par industriel sont:

  • Créer de nouveau services : assurance, conseil, assistance…
  • Améliorer sa base de fichiers clients pour adresser des publicités ciblées.
  • Améliorer ses équipements sur la base du comportement d’utilisation.

o Les 4 modèles collaboratifs pour acquérir de nouveaux équipements :

  • L’occasion et la location.
  • L’achat en commun.
  • Le financement participatif.
  • Le FabLab agricole.

 

Focus : échanger, distribuer, négocier

o Les informations numériques, accessibles sans restriction, permettraient de réduire l’opacité qui favorise des prix décorrélés du travail des agriculteurs.

o Le numérique donne une opportunité à l’agriculteur de rentrer en contact direct avec le consommateur de sa production.

o Avec le numérique les circuits courts ne le sont plus forcément en terme kilométrique : un site de vente directe permet de commercialiser à l’autre bout du monde.

o Le nouveau profil de l’agriculteur : entrepreneur, négociant et ingénieur.

o Le besoin de formation au numérique de la part de la profession se fait sentir.

 

Récapitulatif des 16 propositions du Livre Blanc les défis de l’agriculture connectée dans une société numérique

 Produire et cultiver : une révolution agricole numérique inclusive

1. Garantir la couverture réseau nécessaire à une agriculture connectée, sans pénaliser les exploitations selon leur zone géographique

2. Étudier les opportunités de l’ultra bas débit pour l’agriculture connectée

3. Accompagner l’équipement des agriculteurs en outils numériques

4. Le crowdfunding pour soutenir l’agriculture périurbaine.

 

Formation : préparer les agriculteurs et leur écosystème au nouveau paradigme numérique

5. Intégrer dans la formation professionnelle des agriculteurs des bases de compréhension des enjeux numériques

6. Coopératives et syndicats acteurs majeurs de la formation au numérique des agriculteurs

7. Exploiter les opportunités des outils numériques pour proposer des formations en ligne : Moocs, tutoriels

8. Les coopératives, acteurs du Big Data agricole

 

Distribuer, négocier : replacer l’agriculteur et le consommateur au coeur de la chaine de l’agro-alimentaire

9. Les collectivités locales et les chambres de l’agriculture encouragent la vente en circuit-court en répertoriant et relayant les informations sur ces initiatives sur un site Internet dédié.

10. Mettre en place des programmes open data expérimentaux sur certaines fi lières pour recréer un équilibre entre les prix de production et les prix de vente

11. Des programmes internationaux pour une mise en donnée de l’agriculture familiale dans les pays émergents.

 

Consommer : vers une traçabilité grand public pour renouer la confiance au cœur de l’alimentation

12. Les agriculteurs entrent dans la boucle des applications de certification et traçabilité des produits alimentaires

13. Des capteurs et autres objets connectés pour simplifier la labellisation des produits agricoles

14. Inciter les acteurs de l’agro-alimentaire à mettre en place des outils de traçabilité grand public pour informer sur la provenance du produit

15. Encourager la traçabilité automatique et intelligente dans les circuits internationaux d’acheminement des biens agricoles

16. Libérer les investissements pour faire émerger des champions français et européens de la #FoodTech

 

SOMMAIRE DU LIVRE BLANC LES DÉFIS DE L’AGRICULTURE CONNECTÉE DANS UNE SOCIÉTÉ NUMÉRIQUE :

PARTIE 1 : CULTIVER ET PRODUIRE

CHAP 1 : SURVEILLER, INFORMER, DÉCIDER : LE NUMÉRIQUE DÉJÀ AU COEUR DE L’AGRICULTURE

CHAP 2 : SE DONNER LES MOYENS D’UNE RÉVOLUTION AGRICOLE AMBITIEUSE

CHAP 3 : LES ACTEURS ET LES MOTEURS DE LA TRANSITION NUMÉRIQUE DE L’AGRICULTURE

PARTIE 2 : ÉCHANGER, DISTRIBUER ET NÉGOCIER

CHAP 1 : CIRCUITS COURTS ET LOCAVORES : QUAND L’AGRICULTEUR ET LE CONSOMMATEUR SE (RE)DÉCOUVRENT

CHAP 2 : DE LA PRODUCTION À LA DISTRIBUTION : PRÉPARER LE CHANGEMENT DU MÉTIER DE L’AGRICULTEUR

CHAP 3 : LE BIG DATA – LIBÉRER ET TIRER PROFIT DE LA DONNÉE SANS EXPLOITER L’AGRICULTEUR

PARTIE 3 : CONSOMMER ET MANGER

CHAP 1 : LE NUMÉRIQUE : UN LEVIER DE CONFIANCE AU COEUR DE L’ALIMENTATION

CHAP 2 : LA TRAÇABILITÉ INDUSTRIELLE : DES TECHNOLOGIES À LA POINTE POUR UN USAGE ESSENTIELLEMENT B2B

CHAP 3 : LE NUMÉRIQUE AU COEUR DE LA FUSION ALIMENTATION ET SANTÉ

La source de toutes les informations contenues dans cet article paru en novembre 2015 est le think tank de la société numérique “renaissance numérique “ www.renaissancenumerique.org – @RNumerique. Directeurs de la rédaction de ce Livre Blanc : Henri ISAAC, Président de Renaissance Numérique, Vice-Président de l’Université Paris-Dauphine, Marine Pouyat, Responsable des Affaires juridiques et environnementales, FEVAD. Vous pouvez télécharger ici le dossier complet.

Et vous, concrètement sur votre exploitation, comment le numérique fait évoluer votre métier ? Vous pouvez apporter votre témoignage dans les commentaires ci dessous :

Back To Top