fbpx skip to Main Content

Comment bien choisir une nouvelle activité rémunératrice en lien avec votre exploitation agricole ?

Votre exploitation a atteint un rythme de croisière ? Vous avez réussi à atteindre les objectifs que vous vous étiez fixé quelques années auparavant ? Vous avez le sentiment d’avoir fait le « tour de la question » ? Vous avez envie de relever un nouveau défi professionnel ? Si vous répondez « oui » à l’une de ces questions ou à une question similaire alors le choix et la mise en place d’une nouvelle activité rémunératrice en lien avec votre exploitation agricole peut être une solution. En tout cas, cela mérite d’être étudié de près.

Voici un parcours qui vous aidera à bien choisir une nouvelle activité rémunératrice en complément à votre métier d’agriculteur.

1) Identifier ses centres d’intérêt

Pour cette première étape il vous suffit d’ouvrir un fichier dans votre ordinateur ou de prendre une feuille et un stylo et de lister au moins 12 centres d’intérêts distincts.

Une fois ce petit exercice réalisé, sélectionnez les 2 ou 3 qui vous plaisent le plus.

Que cette activité vous plaisent est très important car cela vous permettra de garder le cap dans les moments difficiles. Si vous n’appréciez pas que l’on vienne chez vous et n’êtes pas d’un naturel « causant » n’optez pas pour l’ouverture d’une chambre d’hôte !

En d’autre terme, il est indispensable que cette activité vous plaise et que vous ayez vraiment envie d’y consacrer du temps et de l’énergie.

2) Evaluer le potentiel économique

Cette seconde phase consiste à faire ce qui s’appelle une « étude de marché ». Concrètement : si je mets en place cette activité qui seront mes clients ? Seront-ils nombreux ? Auront-ils les moyens de me payer ? Quelle zone de chalandise dois-je couvrir pour que cette activité soit rentable ?

Par exemple, si vous optez pour réaliser des travaux agricoles en prestation de service et que compte tenu de l’endroit où se situe votre exploitation vous devez systématiquement vous déplacer à plus de 80 ou 100 km : est-ce économiquement viable ?

Pour évaluer le potentiel économique, vous pouvez vous appuyer sur des études ou des documents existants (via les Organisations Professionnelles Agricoles, les informations glanées sur les sites internet spécialisés…). Vous pouvez également rencontrer vos potentiels clients et leur demander s’ils sont prêts à vous suivre.

Par exemple : vous avez une activité de maraicher en vente direct et d’éleveur ovin. Vous vous posez la question de faire de la vente direct d’agneau en caissette : avant de vous lancer dans la construction d’un atelier demander à vos clients du marché s’ils sont prêts à vous acheter de la viande.

3) Evaluer le temps nécessaire à sa réalisation

2 phases à considérer pour cette troisième étape :

  • L’investissement initial pour mette en place la nouvelle activité

Votre activité nécessite t’elle une formation ? L’apprentissage d’une technique particulière ?

Si vous débutez quelque chose dans lequel vous êtes totalement novice, ne sous-estimez pas le temps à y consacrer en période de démarrage.

Par exemple : pour réaliser de la prestation de service de pulvérisation de produits phytopharmaceutiques il vous faut un certificat individuel « Décideur travaux et services » et que votre structure juridique soit auditée et obtienne un certificat de prestation de produits phytopharmaceutiques.

  • Le temps à y consacrer en période de croisière

Vous évaluez à x heures par semaine ou par mois le temps nécessaire à cette activité. Est-ce compatible avec votre emploi du temps actuel ? Comment pouvez-vous vous arranger pour dégager du temps ? Vous est-il possible de déléguer certaines tâches ? De sous-traiter une partie de votre travail ? De vous organiser différemment ?

Un élément clé est de bien évaluer ce qui est important que vous fassiez vous-même et ce que vous pouvez laisser faire par quelqu’un d’autre. Vous pouvez considérer 2 aspects pour cela :

  • Y a t’il quelqu’un qui le fera mieux que moi (parce qu’il a plus de compétences par exemple) ?
  • Y at’il quelqu’un qui peut le faire pour moins cher que si c’était moi qui le faisait ?

2 exemples pour illustrer : Déléguer la comptabilité et/ou l’établissement de fiche de paie. Faire faire de la mécanique pour 50 € de l’heure pendant que vous donnez des cours ou animer une formation pour 70 € de l’heure.

4) Définir le modèle économique

Dans cette phase on répond à la question : comment vais-je gagner de l’argent ? Grâce à quels produits, quels services vendus et à quel prix mon activité est rentable ?

Si vous optez, par exemple, pour un atelier de transformation : il s’agit de tenir compte de l’investissement initial, du coût de fonctionnement (dont votre rémunération) et de définir de combien d’unités, de kilo ou autre avez-vous besoin pour être au point d’équilibre. Dis autrement : à partir de quel moment l’activité est bénéficiaire ?

Une fois ces 4 étapes franchis, il ne vous restera plus qu’à passer à l’action. Les 8 clefs pour un lancement réussi d’une activité complémentaire à votre exploitation agricole fait l’objet d’un autre article.

Pour développer vos compétences: Accédez ici à la plateforme Agrifind

Vous pouvez poster dans les commentaires l’activité rémunérée complémentaire que vous envisagez de mettre en place prochainement ou que vous avez déjà mise en place. Merci pour vos contributions.

Back To Top