foin_la_balle_ronde

Gilles Cavalli : Bonjour et bienvenue dans ce nouveau podcast d’Agrifind. Je suis aujourd’hui avec Idriss Aouriri qui est entrepreneur dans le domaine de l’agriculture. J’ai souhaité t’interviewer Idriss en raison de ton initiative « La balle ronde ». J’aimerais que tu puisses te présenter et nous dire quelques mots sur cette plateforme de mise en relation.

Idriss Aouriri

Idriss : Merci Gilles. Je suis ingénieur agronome de formation, j’ai eu une longue expérience dans le monde de la grande distribution, notamment des achats internationaux. En fait, j’avais déjà à la fin de mes études cette idée de faciliter l’approvisionnement en fourrage des éleveurs. J’avais tout simplement à l’époque fait un stage au sein d’une ferme laitière et l’exploitant agricole avait des difficultés pour s’approvisionner à cause de la sècheresse, ses stocks de fourrage étaient à plat. Les seuls intervenants qu’il pouvait donc trouver étaient finalement des grossistes ou des intermédiaires qui faisaient flamber les prix. Cette idée-là est donc restée à l’état végétatif pendant plusieurs années jusqu’à ce que des solutions informatiques permettent de mettre en relation des individus entre eux pour faciliter les échanges. J’ai donc décidé de me lancer sur la création d’une plateforme qui faciliterait la mise en relation des agriculteurs.

« La balle ronde facilite l’approvisionnement en fourrage, tout en contribuant aux économies de coût pour l’agriculteur »

Gilles Cavalli : Concrètement sur la balleronde.fr qu’est-ce que je vais trouver ? Comment cela se présente, moi qui suit à la recherche de fourrage ou qui aie du fourrage en trop et qui souhaite le commercialiser ?

Idriss Aouriri : La plateforme fonctionne de manière simple. Elle se présente d’abord sous la forme d’un liste d’annonce publié par les agriculteurs vendeurs de fourrage ou de paille, mais elle intègre aussi un champ de recherche qui permet de localiser géographiquement le stock de fourrage. On sait très bien que sur les fourrages, le coût de transport impact fortement le coût de reviens et dans la comptabilité d’un agriculteur, cela compte beaucoup ! On a donc vraiment souhaité s’appuyer sur cette localisation géographique pour faciliter l’accès au fourrage le plus proche de l’exploitation agricole, ce qui va permettre à l’agriculteur de faire des économies sur le transport.

Gilles Cavalli : On est vraiment dans une démarche de #Cofarming. Qu’est-ce que tu peux nous en dire de cette nouvelle façon d’entreprendre, de travailler en réseau dans le monde agricole ?

Idriss Aouriri : On est effectivement en plein dans le #Cofarming, c’est la base finalement d’échanges qui existaient déjà auparavant entre agriculteurs, donc la relation de bon voisinage, du dépannage entre agriculteurs. Simplement aujourd’hui au niveau économique et agricole, l’échelle a pris des dimensions importantes, ce qui fait que ce marché-là a eu besoin de se structurer, au travers de coopératives et de différentes organisations finalement qui ont été là pour aider l’agriculteur dans ses besoins du quotidien. Aujourd’hui avec les nouvelles technologies, ces solutions d’aide peuvent se faire directement de manière complètement déconcentrée entre agriculteurs. La balle ronde s’inscrit donc effectivement dans cette démarche de cofarming et veut vraiment au travers de cette plateforme faciliter les échanges entre agriculteurs, c’est pourquoi vous verrez qu’il y a en fait des moyens d’échange directs entre inscrits sur la plateforme. Il y a des options de commentaire, des options d’emailing, etc. Cela permet vraiment de maintenir un contact qui finalement c’était un peu effacé, peut-être depuis quelques dizaines d’années, parce que les relais de l’information étaient finalement très centralisés et très concentrés au niveau régional et national.

Balle-ronde-de-paille

Le cofarming est alors vraiment à mon sens une part importante de l’avenir de l’agriculture. Il n’y aura pas que ça, mais ce sera une part importante pour la simple et bonne raison qu’aujourd’hui les moyens technologiques de communication sont légion ; tout agriculteur a un smartphone, un ordinateur, a accès à internet : ça c’est pour les moyens. Mais il a surtout en termes de besoin, le besoin de se mettre en relation, que ce soit pour obtenir de l’information de la part d’autres agriculteurs experts dans leur domaine, que ce soit pour louer ou bénéficier des infrastructures d’autres agriculteurs qui ont déjà investi et qui peuvent mettre en location par exemple un hangar, un tracteur, ce qui permet en fin de compte à l’agriculteur de faire des économies. Il s’agit réellement d’aller plus loin que ça et de faire des économies, d’avoir une maîtrise de son outil de production en tant que chef d’entreprise. Au final, c’est responsabiliser aussi les agriculteurs qui cherchent à garder aussi ce contrôle sur leurs productions et donc avoir une visibilité sur quels sont les meilleurs moyens à sa disposition pour par exemple moissonner ou s’approvisionner, etc. Ne pas avoir qu’un ou deux interlocuteurs qui vont finalement décider pour eux.

« Le #cofarming facilitera la maîtrise des outils de production et donc in fine, la rentabilité et la vie des agriculteurs »

Gilles Cavalli : Merci pour ces précisions et cette présentation du Cofarming telle que tu la vis et que tu la promeus. Une dernière question pour conclure notre échange : quel est ton rêve pour les agriculteurs ou pour le monde agricole ?

Idriss Aouriri : Je vais me projeter dans les 20-30 années à venir. Mon rêve c’est que les agriculteurs aient tout d’abord une complète maitrise de leur outil de production, avec l’accès à des technologies facilitatrices, c’est-à-dire qu’il ne s’agisse pas de se compliquer la vie mais plutôt de la faciliter en fait. C’est aussi qu’ils gagnent en rentabilité sur leurs exploitations, qu’ils puissent en vivre dignement et ce, au travers d’outils en libre accès qui leur permettent d’y parvenir.

Print

Gilles Cavalli : C’est un très beau projet pour le monde agricole, merci beaucoup ! Je rappel, Idriss Aouriri à l’initiative de « laballeronde », plateforme de mise en relation dédiée à l’achat et à la vente de fourrage entre agriculteurs. A très bientôt chers auditeurs pour un nouvel échange avec un acteur du monde agricole. Au revoir à tous !

Crédit photo : cofarming.info / Pixabay

Et vous, pensez-vous que le #cofarming est l’avenir de l’agriculture ? Quelles solutions de #cofarming utilisez-vous ? Vous pouvez poster vos avis ci-après.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Recherches utilisées pour trouver cet article :photo d\agriculteur angara balle ronde la vraie vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *